• Gran Torino

     

    Réalisé par Clint Eastwood (2008)
    Avec Clint Eastwood, Christopher Carley, Bee Vang

     

    Vétéran de la guerre de Corée, Walt n'aime pas ses voisins asiatiques. Les événements vont forcer Walt à défendre ses voisins face à un gang local.

    --> Un beau film, un poil violent car il s'agit d'une guerre de gangs. Ou plutôt de la pression qu'exerce un gang sur une famille de sa communauté Hmongs. Clint Eastwood incarne l'Amérique, ancien du Vietnam il porte en lui une culpabilité inavouable. Le film débute sur l'enterrement de son épouse. Ses liens familiaux se réduisent à une filiation assumé mais pleine d'incompréhension. Il est seul dans son deuil. Son quartier est en train de se transformer et il ne voit pas d'un bon oeil ses voisins asiatiques. Et c'est peut dire. Mais la vie le met face à des événements improbable qui l'amèneront à protéger et tenter d'émanciper Thao comme son propre fils. Un film très US. Très Clinteastwoodien.

     


    votre commentaire
  • Né d'aucune femme

    Franck Bouysse

    "Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
    — Et alors, qu'y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
    — Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
    — De quoi parlez-vous ?
    — Les cahiers… Ceux de Rose."

    Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.
    Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec 'Né d’aucune femme' la plus vibrante de ses oeuvres.
    Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

    --> Wahou... les cahiers de Rose, son histoire. Accrochez-vous c'est une histoire pas banal qui risquera vous accompagner. La manière dont ses confidences arrivent à la connaissance du prêtre est originale. C'est la force d'un secret révélé. Témoigner de l'irracontable... mais comment faut-il comprendre la fin?


    1 commentaire
  • Les gratitudes

    Delphine de Vigan

    « Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.
    Et la peur de mourir.
    Cela fait partie de mon métier.
    Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c'est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas. »

    Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre.

    --> Le titre - quel mot puissant, la gratitude - la couverture et le succès de ce livre m'ont entraîné dans sa lecture. J'avais aussi envie d'un roman court. Alors, oui, j'ai passé un agréable moment. Parce que l'histoire de Michka enfant, finalement effleurée, m'a tirée quelques larmes. Parce que l'entrée en Ehpad est un sujet qui mérite le coup de projecteur que lui donne l'auteur. Parce que les personnages de Marie et Jérôme sont intéressants. J'ai passé un bon moment, je n'ai pas aimé les dialogues, la façon dont le maque du mot a été traité dans la pathologie de Michka de quoi m'identifier. Un histoire qui est assez inégale à mes yeux. La profondeur des personnages mériterait un roman plus dense.


    votre commentaire
  • Le cercle littéraire de Guernesey

     

    Réalisé par Mike Newell (2018)
    Avec Lily James, Jessica Brown-Findlay, Matthew Goode
     
    Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie.
     
    --> Adaptation du roman éponyme réussie. Quelques années après avoir lu le roman, c'est un bonheur de retrouver Juliet Ashton. Le film lui donne corps. Singulière histoire que celle de Guernesey pendant la période d'occupation!

    votre commentaire
  • Juno

     

    Réalisé par Jason Reitman (2007)
    Avec Ellen Page, Michael Cera, Jennifer Garner

     

    Juno McGuff tombe enceinte à 16 ans avec Bleeker, un ami du lycée. Courageusement, elle cherche alors des parents adoptifs pour s'occuper de son bébé.

    --> Pfff mouai bofff. Je suis un brin déstabilisée par ce film. La grossesse de Juno est quelque chose qui sera vécu de manière complètement naturelle et "sans problème", ce qui est plaisant dans une époque où l'habitude est de dramatiser pour interesser. Mais par ailleurs l'adoption, telle qu'elle est présentée ou les mères porteuses soulève des questions fondamentales qui sont totalement évincées...


    votre commentaire
  • Ces jours qui disparaissent

    Timothé Le Boucher

    Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

    --> Tel le temps qui s'accélère, je suis rentrée dans cette bande dessinée et je ne l'ai plus lâchée. Comme son héros Lubin, je me demandais combien de temps serait écoulé avant de tourner la page. Au delà de la fiction, ce livre nous interroge sur l'identité, l'ambivalence des personnalités, le passé et les expériences qui font ce que chacun devient. C'est aussi la folie qui est interrogée. C'est très astucieux. J'ai par ailleurs aimé le dessin auquel les fans de BD peuvent trouver quelque chose de trop simpliste. J'ai aimé aussi le ton en apparence naïf qui laisse la place aux bons sentiments: une amitié indéfectible, un amour fidèle, et même quand l'esprit de vengeance pointe, Lubin reste quelqu'un de très fréquentable! Bravo!


    votre commentaire
  • Rose

      Rose 

    Rose

    Denis Lapière

    Emilie Alibert

    Valérie Vernay

    Un jour, le père de Rose Klein est abattu dans de mystérieuses circonstances et son corps, retrouvé sur la plage, comme pour une lugubre mise en scène. Livrée à elle-même, la jeune femme s'improvise détective et se lance en quête de réponses, sans se douter qu'elle va se heurter à des énigmes qui dépassent le simple domaine du naturel... Et si la vérité était liée à ce don étrange qu'elle a de se dédoubler et qu'elle ne s'explique pas, à cette "maladie" qui l'accompagne depuis sa naissance ?

    --> Coup de coeur pour le premier tome de cette série jeunesse. Pour les dessins et les couleurs, pour les textes juste suffisants. Pour un scénario astucieusement mis en images. Les auteurs mettent en scène le dédoublement de la personnalité, dont on ne sait pas s'il relève de quelque croyance occulte ou de psychiatrie, sous couvert d'enquête policière. Rose est une héroïne attachante et intrigante. Un démarrage fort prometteur...

    Son père abattu dans de mystérieuses circonstances. Des fantômes qui hantent l'immeuble paternel. Et une faculté à se dédoubler qu'elle croit être une maladie. Rose, détective malgré elle, va devoir enquêter sur des morts suspectes reliées à un tableau célèbre mais aussi une terrible malédiction vieille de 500 ans.
    Et si la clé de ces énigmes se trouvait dans le secret de sa naissance ?

    --> Fidèle au premier tome pour la mise en scène, l'histoire s'essouffle un peu. Pas réellement de nouveauté dans le scénario. Les dessins restent beaux, mais sans surprise.

    L'enquête de Rose Klein sur l'assassinat de son père arrive à sa fin. Les morceaux du puzzle se rassemblent pour désigner le coupable et le mobile... Pourtant, il reste de nombreuses interrogations au sujet des trois fantômes – Bob, Achille et Wanda –, des tableaux exposés au musée et des raisons de ce don étrange que Rose avait finalement apprivoisé. Est-elle vraiment qui elle croit être ?

    Troisième et dernier tome d'une trilogie sombre et élégante, ce récit conclut en beauté un triptyque fantastique écrit par Émilie Alibert et Denis Lapière, et dessiné par Valérie Vernay.

    --> Déception pour ce troisième tome qui clôt une série au début fort prometteur. Deux tomes voire un long aurait suffit. Les dialogues peu denses qui faisaient l'atout du premier tome rendent l'ensemble lent. C'est dommage.


    votre commentaire
  • Un monde si tranquille   Un monde si tranquille   Un monde si tranquille

    Etienne Davodeau

    Albert Colin, individu effacé que sa femme méprise, milite sans vraiment savoir pourquoi pour un parti d'extrême droite dont il admire les dirigeants. Ayant assisté au meurtre d'un des leaders de ce parti, il suit les tueurs et parvient à les maîtriser : une occasion pour Albert d'avoir peut-être son heure de gloire Mais parfois il vaudrait mieux ne pas s'aventurer dans les coulisses du pouvoir.

    --> Une série un peu inégale à mon goût, dans ce premier tome (mon préféré) la chute n'est pas forcément attendue. Le suspens est particulièrement bien porté par le format bande dessinée: un scénario réussi. Davodeau nous interroge sur le modèle politique et économique d'un parc de loisirs bien connu. On retrouve son engagement!

    TOME 2

    Surnommée « Grande Gueule » par ses collègues techniciennes de surface aux Transports Doublet, Nina risque de perdre sa place. Chauffeur dans la même entreprise, Castor est poussé vers la porte par ses collègues. Mais ni Castor ni Nina ne peuvent envisager de se retrouver à la rue... C'est Samuel Faure, directeur des ressources humaines, qui va s'occuper de leurs cas à ses risques et périls.

    --> Deuxième tome de la série Un monde si tranquille. Regard porté sur Nina qui est enfermée dans un mensonge aux yeux de sa fille et son père (et d'elle même?). On ne sait pas pourquoi elle en est arrivée là. La colère et la rage l'habitent; subissant les railleries de ses collègues, les menaces de son employeur. Portrait original de la précarité par Davodeau.

    TOME 3

    À la sortie de lentraînement, Titou, la star du FCE, est une fois encore sollicité par une vieille femme qui lui réitère sa supplique : venir au repas danniversaire de son mari atteint dune grave maladie et fan inconditionnel du joueur. Surmontant ses réticences, il accepte et passe une agréable soirée jusquà larrivée dun invité surprise qui va faire basculer son destin de façon tragique

    --> On retrouve dans ce troisième tome une chute assez inattendue, bien qu'annoncé dès la première page. Pied de nez au football professionnel en restant dans la fiction, Davodeau se fait une nouvelle fois le porte parole des "petites gens", d'un monde si tranquille. Ces trois tomes rassemblent des histoires bien différentes et qui mettent la rage de l'humain au coeur des scénarios.


    votre commentaire
  • Nevada Smith

     

    Réalisé par Henry Hattaway (1966)
    Avec Steve McQuenn, Karl Malden, Brian Keith

     

    Max vit avec son père, un blanc, et sa mère, une Kiowa. Ils habitent une maison isolée dans les collines où ils cherchent désespérément de l'or.

     --> Des très beaux paysages, une qualité d'image remarquable pour l'époque. Encore une histoire de vengeance. Bien


    votre commentaire
  • Un hold-up extraordinaire

    Réalisé par Ronald Neame (1966)
    Avec Shirley MacLaine, Michael Caine, Herbert Lom

     

    Un jeune voleur, un sculpteur et une chauffeuse de taxi s'unissent pour dérober une statue très rare à un milliardaire...

    --> Embarquée dans une affaire qu'elle n'a pas montée, Nicole (Shirley MacLaine) se montre dégourdie et ... honnête d'une certaine manière.


    votre commentaire
  • Bonjour

    Réalisé par Yasujirô Ozu (1959)
    Avec Keiji Saada, Yoshiko Kuga, Chishû Ryû
     
    Deux enfants entament la grève de la parole lorsque leurs parents refusent d’acheter une télévision.
     
    --> Des cadrages précis, la société japonaise d'une époque où chacun occupe une place bien déterminée. Le voisinage et la rumeur. L'arrivée de la télévision. Des relations conventionnelles et normées.  Le cinéma de Ozu sert parfaitement tout cela.

    votre commentaire
  • Si belle mais si morte

    de Rosa Mogliasso

    Un chemin sur la berge d’un fleuve. Ils sont nombreux à l’emprunter chaque matin : une jeune femme y promène son chien, un couple de lycéens s’y cache pour sécher les cours, un clochard y traîne sa folie, un jeune boulanger aime y méditer.
    Mais ce jour-là, au bord de l’eau, une femme aux escarpins rouges est allongée. Morte.
    Tous passeront devant elle, tous la verront, aucun n’interviendra. Personne n’appellera la police, personne n’en parlera. Ils ont tous d’excellentes raisons de l’ignorer et de tenter de se convaincre qu’un autre s’en chargera.
    Mais il n’est pas si facile de vivre avec cette lâcheté, cette indifférence, cet égoïsme. Chez chacun d’eux, la confrontation avec la belle morte causera un séisme intime. Et leur vie s’en trouvera radicalement changée.

    Un roman efficace et malin, qui mêle avec naturel réflexion sociologique et comédie à l’italienne.

     --> Roman court et assez inattendu. Je dirais même léger, mais pas que... la chute en fait une histoire à recommander! On n'en dira pas plus.


    votre commentaire
  • Mission

     

    Réalisé par Roland Joffé (1986)
    Avec Robert De Niro, Jerely Irons, Ray McAnally

     

    Au 18ème siècle, des jésuites espagnols décident de protéger une tribu d'Amérique du sud, au risque de tomber sous le contrôle des esclavagistes.

     


    votre commentaire
  • Black book

     

    Réalisé par Paul Verhoeven (2006)
    Avec Carice van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman

    La Haye, sous l'occupation allemande. Lorsque sa cachette est détruite par une bombe, la belle chanteuse Rachel Stein tente, avec un groupe de Juifs, de gagner la Hollande méridionale, déjà libérée. Mais une patrouille allemande les intercepte dans le delta du Biesboch. Tous les réfugiés sont abattus ; seule Rachel échappe au massacre. Elle rejoint alors la Résistance et, sous le nom d'Ellis de Vries, parvient à infiltrer le Service de Renseignements allemand et à se lier avec l'officier Müntze. Séduit, celui-ci lui offre un emploi...


    votre commentaire
  • Les ailes de Suzie

    de Hélène Kerillis et Xaviere Devos

    Triste, indifférente à tout, Suzie arrive chez son grand-père. Il vit au bord de la mer et sculpte des oiseaux. Avec pudeur et délicatesse, il tente de guérir Suzie en lui confiant un secret qui a changé sa vie.

    --> Un joli album qui mêle une histoire illustrée et des reproduction de Monet. Une partie documentaire à la fin de l'album. Découvert à l'occasion du prx Rage de lire (Mondeville)


    votre commentaire
  • Et si l'amour c'était aimer?

    de Fabcaro

    Henri et Sandrine forment un couple heureux et épanoui à qui tout réussit, jusqu'à ce qu'un jour apparaisse Michel, un brun ténébreux, qui va faire chavirer le coeur de Sandrine. Ensemble ils vont vivre une idylle aussi brûlante qu'interdite. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? La passion n'est-elle pas qu'une feuille morte emportée par une brise d'automne ? L'Arc-en-ciel des sentiments ne finit-il pas toujours par disparaître derrière le nuage de la réalité ?

    --> Une parodie de roman photo à la Fabcaro, c'est très drôle, inattendu. Cela relève parfois du Vaudeville, c'est décalé, absurde.


    votre commentaire
  • Microbe et Gasoil

    Réalisé par Michel Gondry (2015)

    Avec Théophile Baquet, Ange Dargent, Audrey Tautou

    Deux ados, dits Microbe et Gasoil, n'ont aucune envie de passer les grandes vacances en famille, ils décident alors de partir tous les deux à l'aventure.

    Microbe est un enfant timide, souvent plongé dans ses dessins. Gasoil, garçon inventif et déluré, est parachuté en cours d'année dans sa classe. Immédiatement une alitié profonde se noue entre eux. A l'aide d'un moteur de tondeuse et de quelques planches de bois, ils se mettent à fabriquer leur propre "voiture" et partent à l'aventure sur les routes de France...

    Toujours aussi poétique, jamais aussi l'enfance!si intime, Michel Gondry réalise un film largement inspiré de ses souvenirs de jeunesse. Microbe et Gasoil c'est la nostalgie d'une époque qui ne disparaîtra jamais, celle où l'on rêve de jouer les aventuriers.

    L'avis de Benshi: Avec ce road-movie de jeunes collégiens, Michel Gondry, de manière fantaisiste et non sans humour, nous plonge dans l'imaginaire et l'imagination de deux jeunes adolescents qu'a priori tout oppose. Microbe est issu d'une famille bourgeoise avec une mère « bobo » dépressive, tandis que Gasoil, fils de l'antiquaire de la ville, est d'un niveau social moins élevé. Néanmoins, leur imagination débordante les rapproche. Le train-train quotidien du collège, la moquerie de leurs camarades, un univers familial parfois pesant les poussent à créer quelque chose qui leur est propre : « une cabane-voiture » qu'ils construisent et avec laquelle ils vont partir à l'aventure. La question de la fabrication est au cœur de l'oeuvre du réalisateur, tant dans la mise en scène que dans l'histoire. Le film dresse un joyeux portrait des deux personnages : Microbe, réservé et influençable, et Gasoil, indépendant et marginal. Leur voyage initiatique va renforcer leur amitié et va les aider à prendre pleinement conscience de qui ils sont, ils vont grandir. La force et le charme du film, dans lequel le réalisateur revisite quelques souvenirs de son enfance, résident dans la désuétude de certains éléments qui empêchent de rentrer dans les clichés « des jeunes d'aujourd'hui ». Les deux amis nous montrent bien que l'apparition des nouvelles technologies n'a pas bridé leur créativité. En cela, il n'est pas un teen-movie comme les autres même s'il en a les caractéristiques : problématique du corps adolescent, de l'identité et bien sûr de l'amour. L'énergie et la puissance du film proviennent aussi de la mise en scène simple et légère mais ô combien importante de Gondry. Le point de vue adopté par le réalisateur est celui des deux amis ; nous sommes au cœur de leur imaginaire et des films qu'ils se font. L'humour et la plaisanterie dépassent le sérieux, et c'est la force de ce film à voir !

    --> Des plans, des bruitages, un scénario surprenant, des adolescents attachants, une pépite inattendue... qui ne ressemble à rien sans être inabordable. Par le réalisateur de l'adaptation L'écume des jours.


    votre commentaire
  • Une nuit à l'hôtel

    Comme chaque été depuis 4 ans, le 1 convie ses lecteurs à plonger dans les nouvelles de nos meilleurs écrivains. Cette année, avec Une nuit à l'hôtel, Ingrid Astier, Nina Bouraoui, Franck Bouysse, Cécile Coulon, Négar Djavadi, Adeline Dieudonné, Caryl Férey, Régis Jauffret, Serge Joncour, Sylvain Prudhomme et Valérie Zenatti ont imaginé onze escapades.

    Madame Andrée - Cécile Coulon --> Madame Andrée attend...cette jeune femme professeur de flûte rencontrée peu de temps avant sa grossesse. Puis il y a eu les enfants, le quotidien. Mais ce jour elle l'attend, dans un chambre d'hôtel.

    Une nuit, presque à l'hôtel - Serge Joncour -->

    Une nuit à Timimoun - Nina Bouraoui -->

    La femme au couteau - Sylvain Prudhomme -->

    Alika - Adeline Dieudonné -->

    Ma lumière - Franck Bouysse -->

    Le dernier - Négar Djavadi -->

    Juste pour un jour - Caryl Férey -->

    Fil de soie --> Ingrid Astier

    !Alzheimer! qué buéno! y Macron! Tambien! - Régis Jauffret -->

    Le miroir de Cirta - Valérie Zenatti -->


    votre commentaire
  • Comme des rois

    Réalisé parXabi Molia

     

    Avec Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud

    Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père...

    --> Dans comédie dramatique, il n'y a pas que comédie... Elle est triste cette histoire à laquelle on peut croire d'un père qui trempe dans les petites combines et d'un fils qui tombe avec lui...et puis il y le théâtre qui occupe une place inattendue, la seule fenêtre d'espoir. Je suis marquée par l'absence de la mère, des mères (la fille accouche d'un deuxième enfant) dans ce film. Mélodrame social quand même aussi un peu.


    votre commentaire
  • Les trésors de l'UNESCO

    Connu et pourtant méconnu, tel apparaît le patrimoine français valorisé par l'Unesco. À l'instar du pont du Gard ou du Mont-Saint-Michel, certains sites sont devenus des emblèmes du Patrimoine mondial de l'humanité, mais bien d'autres merveilles se dévoilent au fil de ces pages. Se doute-t-on que la saline d'Arc-et-Senans, dans le Jura, et que le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais ont été distingués ?

    Au côté du Patrimoine mondial de l'humanité, cet ouvrage présente également le Patrimoine immatériel culturel français, mettant en lumière les pratiques ancrées dans nos traditions, tels le compagnonnage et le repas gastronomique des Français. Richement illustrées, ces 56 merveilles reconnues par l'Unesco donnent à voir une France toujours aussi extraordinaire dans cette nouvelle édition enrichie...

    --> Déception, c'était prometteur: une sélection de sites alléchante, des illustrations en quantité raisonnable et de bonne qualité, dans un livre augmenté par l'ajout de QR codes pour améliorer "l'expérience". ... tout d'abord le rapport texte/image est décevant, par ailleurs le liens QR code sont assez inégaux et semblent être le prétexte à faire de la pub... quand la publicité s'invite incidieusement dans les livres. En revanche, j'ai trouvé les cartes claires et utiles.


    votre commentaire
  • Neuf mois

    Jean-Marc Fiess

    Dans ce prodigieux livre animé, Jean-Marc Fiess révèle et met en scène les sentiments singuliers qui traversent et transforment l'adulte à la veille de devenir parent. Neuf scènes, déployées sur neuf doubles pages, ancrent ainsi le livre dans la temporalité de l'attente d'un enfant. Chaque scène est la métaphore d'une émotion qui plonge le lecteur dans un petit monde ludique. La narration est impulsée par une phrase verbale mais reste largement ouverte à l'imagination. Jeu et poésie dominent cette déclaration d'amour en trois dimensions. Une grande sobriété graphique renforce la virtuosité et la grâce de systèmes aussi solides qu'« aériens ».

    --> Un livre sensible, qui met à l'honneur le pop up. Un aspect ludique mais pas seulement. Un joli presque objet à offrir pour une grossesse.


    votre commentaire
  • ABC 5 langues

    Jean-Marc Fiess

    Ce pop-up extraordinaire est un spectacle visuel remarquable mais c’est aussi une invitation à envisager notre culture comme un bien partagé au-delà des frontières. Les langues choisies pour cet ouvrage sont les cinq langues les plus parlées en Europe et font partie des vingt langues les plus pratiquées au monde : français, allemand, anglais, espagnol, italien. Parce qu’il est intéressant de se souvenir que nous sommes nombreux à avoir la même langue mère, l’auteur est parti explorer les dictionnaires à la recherche de mots au sens identique et commençant par la même lettre. Il a ainsi composé un abécédaire unique : deux lettres pour chaque double page, deux ou trois mots par lettre créent une scène narrative étonnante et ludique.

    --> Quelle inventivité! Au delà du pop up, l'auteur a retrouvé des mots au sens identique et qui commencent par la même première lettre. Vous n'y trouverez pas de chien qui commence avec un D en anglais... Et cette contrainte, il se l'ai imposée dans 5 langues! Ajoutez à cela que chaque pop up est différent, vous avez dans les mains un petit bijou. Je trouve en revanche que la couverture dessert l'ouvrage...


    votre commentaire
  • 5 maisons

    Dominique Ehrard

    De la maison Schröder conçue en 1924 par le néerlandais Gerrit Thomas Rietveld en passant par la case Study House n°8 de Charles et Ray Eames ou encore la Paper House de Shigeru Ban imaginée en 1995, découvrez 5 maisons qui ont marqué l'architecture du XXe siècle.
    Gerrit Thomas Rietveld
    Le Corbusier et Pierre Jeanneret
    Robert Mallet-Stevens
    Charles et Ray Eames
    Shigeru Ban

    --> Il y avait 10 chaises, dans la même collection, il y a 5 maisons. C'est tout? On en redemande! C'est livres sont astucieux et didactiques, ils sont utiles et beaux. Ils posent des jalons pour mieux regarder le patrimoine, ils sont largement plus que ludiques.


    votre commentaire
  • 10 chaises

    De Dominique Erhard

    Grâce à ce petit livre en 3D, découvrez 10 chaises iconiques du XIXe et XXe siècles entre la berceuse n°10 de Thonet, prototype de la rocking chair, et le fauteuil Proust de Mendini, vous croiserez l'élégante Chaise haute de Mackintosh (1902), la chaise Rouge et bleue de Rietveld (1917), le fameux fauteuil LC2 de Le Corbusier (1928)... Pour notre plus grand plaisir, Dominique Ehrhard a réalisé cet ouvrage tout à fait novateur à la façon d'un musée de poche : après l'avoir ouvert, vous ne regarderez plus les chaises de la même façon !

    --> Un livre habile, beau et didactique! Que demander de plus? Eh bien un autre livre, d'autres chaises... parce que 10, on en redemande!


    votre commentaire
  • Raoul Dufy au Havre

    "Je suis bien installé face à la mer. Nous avons beau temps, mais quelle différence avec la fixité et l'éclat de la lumière du Midi. Ici, l'aspect change mille fois par jour. C'est bien joli et je m'acharne à fixer cette atmosphère nacrée en dehors de la formule impressionniste et cela n'est pas commode. J'ai sous les yeux les plus beaux spectacles maritimes que l'on puisse rêver, mais il faut concentrer, synthétiser et tout réinventer. Je serai bien heureux si je réussis ce que je me propose de faire..."
    Raoul Dufy, lettre à Andry-Farcy, Le Havre, vers 1923-1924

    --> Livre de la magnifique exposition "Dufy au Havre" du 18 mai au 3 novembre 2019: à l'image de l'exposition, le livre parcourt l'ensemble de l'oeuvre de Raoul Dufy. Du réalisme impressionniste aux Cargos noirs en passant par le fauvisme, le cézannisme, la période des Baigneuses et du bleu. Il reprend la collection du Muma: la deuxième collection en France (en partie alimenté par un leg de la veuve de Dufy) et un nombre incroyable d'oeuvres qui ont été regroupées pour cette expo, provenant en premier lieu du Musée national d'art moderne, puis de musées de province, de l'étranger, de galeries et de collectionneurs. Le livre vous permet de vous replonger dans l'exposition qui permet de bien comprendre chaque période de l'artiste. On comprend désormais le "prétexte" du cargo noir. On peut prendre le temps de revenir sur éléments biographiques de la vie de Raoul Dufy, on y trouve aussi une intéressante anthologie de textes critiques. Il est agrémenté de quelques photographies d'époque.


    votre commentaire
  • After hours

     

    Réalisé par Martin Scorsese (1985)
    Avec Griffin Dunne, Rosanna Arquette, Verna Bloom

     

    La nuit infernale d'un jeune informaticien, employé de banque et grand admirateur d'Henry Miller, dans le quartier bohème de Soho, a New York...

    --> Ne pas chercher à comprendre, accepter l'absurde, laisser venir les événements. Paul sort de chez lui, rencontre Marcy après une allusion à Henry Miller, est invité à passer chez elle. Et tout déraille. On ne sait pas si c'est dans sa tête. Il n'arrivera pas à rentrer chez lui, à trouver un endroit pour dormir, il lui arrive un tas de péripéties d'insomniaque. Le film est intelligemment soutenu par la musique (Mozart?).


    votre commentaire
  • Girl

    Réalisé par Lukas Dhont (2018)
    Avec Victor Polster, Arieh Worthalter, Katelijne Damen

     

    Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon.


    votre commentaire
  • Green book

    Réalisé par Peter Farrely (2019)
    Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardelini

     

    En 1962, alors que règne la ségrégation, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger un pianiste noir de renommée mondiale lors d’une tournée de concerts. Ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur.


    votre commentaire
  • Amanda

     

    Réalisé par Mikhael Hers (2018)
    Avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin

    Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda.

    --> Dans ce film tout le monde réagit avec du bon sens, avec ses moyens, reste à sa place. Référence aux attentats. Le frère, la fille Amanda, la tante, la grand-mère anglaise qu'ils ne connaissent pas , la récente petite amie du frère...


    votre commentaire
  • My lady

     

    Réalisé par Richard Eyre (2018)
    Avec Emma Thomson, Stanley Tucci, Fionn Whitehead

     

    Un juge de la Haute Cour britannique doit rendre des arrêts sur des affaires désespérées et difficiles.

    --> On s'attarde sur l'affaire d'un jeune leucémique de 17 ans, témoin de Jéhovah dont la famille et lui-même s'opposent à la transfusion sanguine. Dans le cadre de la protection des mineurs la juge va imposer la transfusion. Pour prendre sa décision elle se déplace au chevet d'Adam et cette rencontre , et la décision qui suivra va bouleverser la suite .Il y a un grand manque qui n'est pas évoqué dans le fim; celui de l'accompagnement psychologique.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires