• L'homme de chevet (2009)

    L'homme de chevet (2009)

    Réalisé par Alain Monne

    Avec Sophie Marceau, Christophe Lambert,Margarita Rosa De Francisco

    D'après un roman d'Eric Holder

    Carthagène, Colombie. Léo, ancien champion de boxe, s'autodétruit dans l'alcool. Son ami Jaïro l'envoie travailler au service de Muriel, jeune femme tétraplégique. Peu à peu, une histoire d'amour passionnée se noue entre eux...

    --> un synopsis bien fade pour un film bien au-dessus de ce résumé. Notamment parce que le synopsis omet la présence de Lucia, les extraits littéraires, le dernier texte de Francis Ponge. Un plaisir de trouver Sophie Marceau et Christophe Lambert dans ce film. Ce film m'a touché, et j'y ai trouvé plus de finesse que je n'en ai lu dans les critiques. A voir éventuellement en réseau avec Intouchables - sorti après -

     

    La critique de Télérama:

    Une fière et belle tétraplégique, recluse dans une maison de Carthagène avec sa gouvernante héroïnomane, réapprend la vie grâce à un ex-boxeur alcoolique qu'elle a pris comme homme de compagnie. Un vieux film de John Huston adaptant Tennessee Williams ? Non, un premier film français qui ne craint pas de la jouer à l'ancienne, avec exotisme moite, dialogues très écrits et sentiments « bigger than life ». Bien sûr, certains riront : ils ne croiront pas une minute à la double rédemption de la battante au corps brisé et du loser à la gueule cassée. Pourtant, la force de ce mélo aux couleurs violentes est d'oser le romanesque, le vrai, celui qui peut, oui, être sur le fil du ridicule, dans un cinéma français qui se spécialise de plus en plus dans la demi-teinte et le minimalisme des sentiments. En gros, L'Homme de chevet est l'anti-Mademoiselle Chambon, alors que les deux films sont adaptés du même auteur, Eric Holder. On se réjouit de retrouver Christophe Lambert, notre Mickey Rourke à nous, dans un rôle qui lui va comme un gant : un mec largué, qui a pris des gnons, mais a encore le ressort du désespoir. Face à lui, Sophie Marceau irradie, hollywoodienne, teint de porcelaine et verbe haut. Du cinoche, quoi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :