• La couleur des sentiments

    La couleur des sentiments

    de Kathryn Stockett

    Présentation de l'éditeur

    En 1962, à Jackson, Mississipi, chez les Blancs, ce sont les Noires qui font le ménage et élèvent les enfants. Sans mot dire, sous peine de devoir prendre la porte. Est-ce le cas de Constantine, l’employée des Phelan, dont on n’a plus aucune nouvelle ? Mais franchement, qui s’en soucierait ? Ses amies, Minny et Aibileen, et surtout Skeeter, la propre fille des Phelan. La jeune étudiante blanche et les deux employées noires vont lier une alliance imprévisible pour « comprendre ». Passionnant de bout en bout, La Couleur des sentiments a déjà conquis plus de deux millions de lecteurs, dont Steven Spielberg qui en a acquis les droits.

    -> 3 narratrices pour ce récit situé dans le Mississipi des années 60. 2 bonnes et une Blanche, pour raconter la vie des noires au service des Blanches. Derrière une apparente simplicité, le récit est plein de finesse. Le dénouement, assez attendu, n'en est pas moins fort. Un beau livre.
    Il y est fait référence (au moins à 3 reprises) à "Tirez pas sur l'oiseau moqueur/Harper Lee", que plusieurs des personnages du livre ont lu. Un livre à mettre en réseau, et que j'ai hâte de lire à la suite. (Publié en 1960, l'intrigue se situe dans l'Alabama)

     Citations:

    - Ce mot de vérité... depuis l'âge de 14 ans j'essaie de dire la vérité aux Blanches de mon travail chez elles. "On veut rien changer ici", dit Aibileen, puis on se tait toutes les deux en pensant à toutes ces choses qu'on veut pas changer. Puis Aibileen me regarde bien en face et elle dit: "Alors. Ca te paraît complètement fou comme idée?"

    - Les femmes, c'est pas comme les hommes. Une femme vous battra pas à coups de batons. Miss Hilly prendra jamais un pistolet pour me tirer dessus. Miss Leefolt viendra pas mettre le feu à ma maison. Non, elles veulebt se garder les mains propres, les Blanches. Alors, elles ont une trousse de petits outils brillants et coupants comme les ongles de sorcières, bien propres et bien rangés comme sur les tablettes de dentiste. Et quand elle s'en servent, elles prennent tout le temps. [...] la Blanche oublie jamais. Elle continuera tant que vous serez pas morte.

    - "Un jour, un Martien plein de sagesse descendit sur la Terre pour nous apprendre une ou deux choses.
    - Un Martien? Grand comment?
    -Oh, environ deux mètres.
    - Comment il s'appelait?
    - Martien Luther King."

     

    - Je reste avec les yeux au plafond parce que ça, c'est un choc auquel je pourrai jamais m'habituer, même si j'y ai déjà eu droit avec les quatre autres. Le jour où votre enfant vous dit qu'il vous déteste, et ils passent tous par là, c'est comme un grand coup de pied dans le ventre.

     

    - J'ai jamais vu une chose pareille de ma vie. Il y en a des dizaines. Des cuvettes de toilettes! Au beau milieu de la pelouse de Miss Hilly. De toutes les formes et de toutes les tailles. Des bleues, des roses, des blanches... Avec ou sans lunette, avec ou sans réservoir pour la chasse d'eau. Des modernes, des vieilles avec la chaîne. On dirait presque une foule de gens, à voir comment certaines se parlent avec leur lunette relevée pendant que les autres écoutent avec leur lunette rabattue.

    - Tous les après-midi on s'assoit dans le fauteuil à bascule, Baby Girl et moi, pour qu'elle fasse sa sieste. Je lui dis, tu es gentille, tu es intelligente, tu es importante. Mais elle grandit et je sais que bientôt, ces mots-là suffiront pas.
    "Aibi ? Tu me lis une histoire ?" Je cherche dans le livre celle que je vais lire. Je peux pas lire une fois de plus Georges le petit Curieux parce qu'elle veut plus l'entendre. Pas plus que Chicken Little ou Madeline. Alors on se balance un moment dans notre fauteuil. Mae Mobley pose la tête sur mon uniforme. On regarde le pluie qui tombe dans un reste d'eau au fond de la piscine en plastique vert. Je dis une prière pour Myrlie Evers. J'aurais voulu pouvoir m'absenter pour assister aux funérailles. Je pense à son fils de dix ans. Quelqu'un m'a dit qu'il avait pleuré en silence du début à la fin. Je me balance et je prie, je suis affreusement triste, et tout à coup, je ne sais pas comment, les mots me viennent.
    "Il était une fois deux petites filles. L'une avait la peau noire, l'autre la peau blanche." Mae Mobley lève les yeux vers moi. Elle écoute. "La petite fille noire dit à la petite fille blanche : "Pourquoi as-tu la peau si claire ? " La petite fille blanche répondit : "Je n'en sais rien. Pourquoi ta peau est-elle si noire ? A ton avis qu'est-ce que ça veut dire ?" Mais aucune de ces petites filles ne connaissaient la réponse. Alors la petite blanche dit : "Et bien, voyons. Tu as des cheveux, j'ai des cheveux". J'ébouriffe un peu les cheveux de Mae Mobley. La petite fille noire dit: "J'ai un nez , tu as un nez. " Je lui pince doucement le nez. Elle tend la main et fait pareil. La petite fille blanche dit : "Tu as des doigts de pied, j'ai des doigts de pied". et je chatouille les doigts de pied de Mae Mobley, mais elle peut pas me faire la même chose parce que j'ai mes chaussures de travail blanches. "Donc, on est pareilles! On est pas de la même couleur et c'est tout" dit la petite fille noire. La petite fille blanche dit qu'elle est d'accord et elles deviennent amies. Fin".
    Baby girl se contente de me regarder. Seigneur c'était une histoire triste ou je ne m'y connais pas. Même pas une histoire d'ailleurs, il ne s'y passe rien. Mais Mae Mobley sourit et elle dit :" Raconte là encore". Alors je recommence. La quatrième fois, elle s'endort. Je lui dis doucement à l'oreille : " J'en aurais une meilleure la prochaine fois.



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Is@belle Profil de Is@belle
    Jeudi 1er Mars 2012 à 06:46

    On lit la même chose !!

    2
    Pavi Profil de Pavi
    Jeudi 1er Mars 2012 à 07:34

    Ah? Tiens?!

    Vive babelio et le blog ;)

    3
    Pavi Profil de Pavi
    Vendredi 9 Mars 2012 à 22:50

    Alors, je n'ai pas lu de critique? un billet de retard...

    4
    Is@belle Profil de Is@belle
    Samedi 10 Mars 2012 à 08:14

    un ? non ... 3 !!!! mais j'ai beaucoup aimé La couleur des sentiments ;)

    5
    Mardi 6 Novembre 2012 à 10:37

    Pareil sur ma PAL, mais mon rythme de lecture devrait me permettre de le lire d'ici 2014 . Faut que je réduise mon temps de TV/Ordi pour lire plus mais les écrans sont vraiment addictifs

    6
    Pavi Profil de Pavi
    Mardi 6 Novembre 2012 à 11:19

    Je le conseille avant Hunger games ;)

    mais ce n'est vraiment pas à comprarer!!!

    Après, j'ai lu "Ne tires pas sur l'oiseau moqueur" car à 2 reprises l'auteur dit que ce livre est sur la table de nuit d'un des personnages. Il s'agit d'un livre "monument" aux Etats-Unis, qui fait partie de la culture du pays. L'histoire se déroule un peu avant la couleur des sentiments. Un livre à connaître aussi.

    Côté lecture, j'ai beaucoup lu depuis un an, et beaucoup de mal à m'y remettre depuis la rentrée. Beaucoup de boulot, et je n'arrive pas à lire tous les jours, du coup mes lectures sont trop hachées et c'est moins motivant :(

    Et puis de l'écran, aussi, pas mal. Mais pas plus que l'an passé.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :